Archive | avril, 2011

Tunisie, l’an 6 après Rached Ghannouchi

19 Avr

Disclaimer : Ceci est une note d’anticipation, tout ce qui y est dit est de la fiction, qui je l’espère, le restera toujours.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, petit rappel des faits : Le 24 juillet 2011, la « coalition islamique » réunissant Ennahdha et le reste des partis islamiques officiels a obtenu 66% des sièges de la constituante, bénéficiant de la sorte de la majorité absolue. La constitution a donc été arrangée de telle sorte à ne pas organiser d’élection présidentielle et ne pas prendre le risque de perdre leur avantage, le pouvoir fut alors remis à l’assemblée.

Nous sommes à Tunis, le 14 mai 2016. Un jeune homme de 29 ans qu’on appellera Mehdi pour préserver son anonymat nous fait découvrir la Tunisie de Rached Ghannouchi.

Mehdi a 29 ans, il est agriculteur comme 56% de la population. L’alcool étant devenu interdit  et ayant entrainé le tourisme dans sa chute, c’est l’agriculture qui est devenue la 1ère ressource du pays. Bien sûr, tous les produits pouvant servir à la fabrication d’alcool étant prohibés, l’idée de cultiver des figues, du raisin, des olives ou même des dattes a vite été abandonnée.  C’est vers les fleurs que Mehdi se dirigera. Il en cultive toutes sortes et les exporte vers les pays « frères ».

En effet, les ponts avec les pays « mécréants » ont été coupés depuis 2012 et la Tunisie ne traite désormais plus qu’avec les pays musulmans. Le Liban a même subi les foudres du Cheikh Rached suite à un énième clip de Hayfa Wahbi et a été rajouté à la longue liste des pays ennemis.

Mehdi nous parle de sa situation : n’ayant pas encore assez d’argent, il ne peut pas se marier. En attendant, il n’a ni accès aux sites X (Ammar 404 a laissé sa place à Amir El mo2minine 404, qui ne laisse passer que les sites à caractère religieux), ni aux bordels, qui ont tous fermé courant 2011. Ne pouvant pas non plus être mis en contact avec des personnes du sexe opposé, Mehdi a trouvé toute l’affection dont il avait besoin auprès de sa chèvre qu’il a affectueusement surnommé « Ma3zouzia ».

Mehdi trouve sa situation d’autant plus dramatique que son cousin Ismail, qui a fait fortune dans la fabrication des chapelets (sob7a), a épousé 4 femmes. Et à chaque fois qu’il en avait marre d’une d’entre elles, il divorçait grâce au service « Talla9ni » qui permet d’envoyer 3 SMS pour divorcer de sa femme en respectant le « tale9 bel thalatha ».

Quand on demande à Mehdi ce qu’il a comme divertissement, il lève les yeux au ciel et nous dit : « Vous savez ici, il n’y a pratiquement rien. A la télé on a une seule chaine qui ne passe que du Coran ou des sermons. Alors oui, c’est vrai que le jour de l’Aid il y a l’élection de Miss Niqab qui est sympa, mais c’est à peu près tout. Pour les livres, comme vous le savez, on ne vend que des livres religieux. Mon ami Chafi9 a été inculpé de 5 ans de prison car ils ont trouvé un « Tintin en Amérique » caché sous son lit. C’est risqué ! ». Il conclue en disant : « En fait la seule vraie distraction ici, c’est les jeudis lapidation instauré par le ministre de la culture, Psycko M. Tous les jeudis on se rend à l’avenue « Ridha2 al walideyn » (anciennement dénommée avenue Habib Bourguiba) pour lapider les femmes qui ont dévoilé un bout de leurs doigts. Ça change de la routine».

En 2016, le tourisme n’a pas disparu en totalité. Celui auquel on était habitué a laissé sa place au tourisme religieux. Des dizaines de milliers de personnes affluant du Moyen-Orient se rendent à Hammamet chaque année pour le festival de la ta9wa. Des conférences des plus hauts dignitaires religieux durant 3 semaines, des concours de barbes à la salle de prière « Calypso », des lancers de « 3ara9eya » et pleins d’autres évènements ont lieu durant cette période.

Les marques ont du aussi revoir leur branding. Un célèbre opérateur de téléphonie mobile a dû changer le nom de son programme de fidélité «Points MERCI » par « Points Jazeka Allah Khayran ». Un service « Otlob Ellotf » avec numéro surtaxé a aussi été lancé par son plus grand concurrent.

Économiquement, le pays a beaucoup de mal à tenir la route. Le fait de laisser les femmes à la maison a permis à certains de trouver du boulot, mais très peu arrivent à couvrir avec leur salaire les charges de toute une famille. Surtout qu’étant donné l’interdiction de tous les moyens de contraception et la multiplication des femmes, les membres d’une seule famille dépassait souvent la douzaine. La solution de les faire adopter par Angelina Jolie ou Madonna a aussi été écartée, étant donné l’interdiction de ces dernières de se rendre en Tunisie pour cause de différences religieuse.

Des tunisiens ont aussi été privés de revenir dans leur pays. C’est le cas par exemple de la top model Kenza Fourati (non franchement, vous vous attendiez à lire une note qui ne la mentionnerait pas ?) qui après visionnage de ces vidéos dénudées par Rached Ghannouchi (on raconte qu’il a visionné la vidéo une vingtaine de fois avant de prendre une telle décision) a été interdite de séjour sur sa terre natale.

R. Ghannouchi s’est aussi occupé d’écarter ses plus grands détracteurs. En témoigne le coup de filet du 13 octobre 2012 qui a vu la police islamique arrêter le patron de Gillette, Sawsen Maalej et Chamseddine Bacha durant la même soirée.

Le cheikh s’est assuré par la suite de ne pas vivre le même scénario que son prédécesseur ZABA. En interdisant l’alcool, il s’est garanti qu’aucune personne ne pouvait plus s’immoler par le feu. Un plan diablement efficace.

Nous quittons Mehdi et Ma3zouzeya, en leur souhaitant bien du courage. Avant de partir, Mehdi nous glisse à l’oreille « Pour nous c’est fini, on ne peut plus s’en sortir. Mais vous, vous êtes encore en 2011, alors votez ! ».

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :