Archive | octobre, 2011

La constitution telle qu’elle devrait être

26 Oct

Bon bah, vous avez eu vos résultats de vote et vous n’êtes sûrement pas très heureux du score si vous êtes lecteurs de ce blog, mais apparemment c’est la démocratie, tout ça, et il faut aller de l’avant.

Alors pour faciliter la tâche à nos futurs membres de l’assemblée Constituante, je me suis permis de rédiger ma propre constitution, qui à mon sens couvre l’ensemble des priorités du moment. Parce qu’on aura beau dire, mais le régime du pays, sa langue officielle ou les droits et libertés, on s’en fout un peu en ce moment, y a plus urgent.

Donc je me lance : Tunisiennes, tunisiens, voici mon projet de constitution en 14 points (comme le 14 janvier et tout) et qui fera passer n’importe quel Jawhar Ben Mbarek pour un vulgaire étudiant en 1ère année de droit :

– Article 1 : Tout tunisien devra apprendre à différencier la droite de la gauche dans un bulletin de vote (parce que les gens qui cochent la mauvaise case lors des élections les plus importantes de l’histoire d’un pays, ce n’est juste pas possible comme connerie)

– Article 2 : Les partis tunisiens devront eux aussi apprendre à différencier la droite de la gauche lorsqu’ils établissent leur programme. De même, un positionnement anti-parti islamiste n’est pas un programme politique. Si vous êtes un parti islamiste se trouvant être la 1ère force politique du pays, il n’est pas nécessaire d’offrir des moutons pour se faire élire.

– Article 3 : Ce n’est pas parce qu’on a toujours vécu dans un régime bananier que l’on doit toujours avoir les scores qui vont avec.

– Article 4 : Quand la réincarnation de Kadafi, sorte de Borhene Bsaies des années 90 se présente à des élections, ne votez pas pour lui. Ceci va à l’encontre du corollaire 4-1 se trouvant ci-dessous.

  • Corollaire 4-1 : Quand vous faites une révolution pour virer un dictateur, ne votez pas par la suite pour son plus fervent défenseur. Putain de merde !

– Article 5 : La religion est bien présente, personne ne veut l’enlever du pays, ce n’est pas la peine de se mobiliser à plus e 40% autour d’un parti pour la protéger.

– Article 6 : La révolution est un sport qui se joue à 11 millions contre 200 000 et où le RCD gagne à la fin.

– Article 7 : Si jamais un mec s’immole à Sidi Bouzid, entrainant une révolution dans le pays, ne formez pas une assemblée constituante pour modifier cette présente constitution. La nouvelle version sera dans tous les cas pire que celle-ci.

– Article 8 : Pensez à bannir tout institut de sondage souhaitant exercer une activité dans ce pays. Des gens payés une fortune qui ne voient pas venir un parti qui a plus de 20 sièges méritent la peine capitale.

– Article 9 : Quand vous avez des personnalités aussi compétentes que Radhia Nasraoui, Jawhar Ben Mbarek, Mokhtar Yahiaoui, Riadh Guerfali, Abdelaziz Mzoughi ou Youssef Seddik , essayez de voter pour eux, cela peut être utile.

– Article 10 : Tout tunisien a le droit de disposer de son corps, surtout s’il veut se flageller pour ses choix de vote.

– Article 11 : L’horloge du 7 Novembre sera remplacée par une statue géante de Kenza Fourati. Seul le respect du corollaire 11-1 peut amener à enlever cette statue.

  • Corollaire 11-1 : Scarlett Johansson devra accepter d’épouser l’auteur de cette constitution.

– Article 12 : Pour vous faire plaisir, la Tunisie aura un président, élu de préférence, qui peut s’il le souhaite avoir un gouvernement, un chauffeur et une femme de ménage. Une chambre de députés fera un contre-pouvoir parce que le contre-pouvoir, c’est cool.

– Article 13 : Le citoyen tunisien est un citoyen régionaliste, raciste, homophobe et misogyne, mais il se soigne.

– Article 14 : Non mais franchement, vous avez fumé quoi les gars ?! Hechmi Hamdi ? HECHMI HAMDI ???

Donc voilà, je compte bien envoyer ce projet à l’assemblée constituante, je pense que ça leur fera gagner du temps. Je suis intimement convaincu que le pays pourra s’en sortir grâce à ce travail ultra-complet et couvrant tous les besoins du tunisien.

Vive la république, vive la Tunisie !

Publicités

10 bonnes raisons d’aller voter

19 Oct

Bon bah, on y est, c’est le moment tant attendu par tous les tunisiens. C’est leeeeeees (roulement de tambour) ELECTIONS !

Ce dimanche 23 octobre, nos urnes tunisiennes (mais importées d’Europe) auront le plaisir de découvrir autre chose que le rouge auquel on les avait toujours habitué.

Alors que tout le monde devrait attendre ce moment avec impatience, on me signale que certains d’entre vous ne veulent pas aller voter, parce qu’apparemment ils se sont toujours fait entuber (je n’ai pas trouvé plus soft) par le passé et que ça n’allait pas changer, et que les élections, « Et bah ça sert à rien, tout est prévu à l’avance ». Y en a même qui ont sorti l’excuse du « mon mari va voter, c’est suffisant » (véridique).

Alors autant vous le dire tout de suite, non votre mari ne va pas voter pour vous, et la grosse feignasse que vous êtes va se bouger le cul de son sofa et aller remplir son devoir de citoyen.

Alors je vous vois venir et me dire (là je parle à tout le monde et pas uniquement à la grosse dame) « Donnez-moi une seule raison de sortir de chez moi un dimanche d’octobre et de faire la queue de bon matin ? ». Et bien je vais vous en donner des raisons, et dix qui plus est :

  • Tout d’abord parce que les queues, vous les faites pour tout et n’importe quoi : pour acheter du lait chez Carrefour, pour légaliser une signature à la mairie, pour avoir votre place pour le derby et parfois même pour le simple plaisir de faire la queue. Alors ce n’est pas une queue de plus ou de moins qui va vous faire du mal (n’y voyez aucune connotation).
  • Si vous habitez Ariana, il faudra aussi absolument aller voter si vous ne souhaitez pas avoir sur votre constitution un article 72 dénommé « Se7li ya 7aw* » et rédigé par Chokri El Ouaer
  • Il faut aussi aller voter, parce qu’à part pour décider dans quel café vos potes et vous allez vous poser, vous n’avez au final jamais effectué ce geste qui sied à tout démocrate qui se respecte.
  • Votez, parce qu’on n’a pas enduré la chanson de l’ISIE « Enti Essout », celle du PDM et surtout celle d’AFEK pour rien. Votez et nos oreilles vous en seront reconnaissantes.
  • Parce que notre chère (surtout au niveau de la redevance) TV nationale nous aura gratifié de la nouvelle version des petites annonces d’Elie Semoun durant tout un mois, et que l’on a tous rigolé en voyant les vidéos de la dénommée Diamonta et de ses compères. Alors, faites un effort pour les remercier.
  • Si vous habitez à Zaghouan, courrez, ruez-vous à votre bureau de vote. Sinon vous risquez d’avoir une constitution rédigée en Vcast par Yassine Ayari, l’homme qui ne dira pas non à une constitution de merde.
  • Il faut voter, rien que pour les affiches collées sur nos murs et qui ont provoqués le suicide de 27 employés chez Photoshop. Une pensée pour eux…
  • Allez-y, parce que Kenza Fourati va aussi voter
  • Et enfin, il faut voter parce qu’en face, il y a Ennahdha, Kamel Morjane, Mongi Bhar et l’UPL

Credits : La blague sur Pelé n’est pas de moi, mais de Moez Achour

Putain vous me les brisez !

10 Oct

Oui ! Vous me les brisez, vous mes les cassez, vous me les gonflez et je peux vous dire qu’ils sont en compote maintenant !

Ne faites pas les innocents, vous savez très bien pourquoi je suis dans cet état. Depuis 9 mois que vous faites tout et n’importe quoi, à cause de vous c’est la syncope que je risque bandes de cons !

Alors ça a commencé par vos conneries de Kasba/Kobba là. Genre à la Kasba 2 c’est le peuple qui parle alors qu’en vrai, il ne sait même pas ce qu’est une assemblée constituante. Et voilà que les autres de la majorité silencieuse débarquent en Porsche Cayenne, pour dire que non, on les avait pas consulté et que la constituante c’est trop pas cool (les patrons d’entreprises en ont d’ailleurs profité pour insulter l’UGTT, parce que les syndicats, c’est trop des méchants). Déjà ce jour là, j’avais un peu compris que la soi-disant union nationale n’allait pas, mais vraiment pas durer.

Comme si le clivage riches/pauvres ne suffisait pas, on a eu le feuilleton qui anime encore nos soirées depuis février et qui a mis en action un nouveau type de méchants pas beaux qui en veulent à nos libertés : les salafistes. Mais bordel de merde, ils ne sont pas plus de mille à se balader dans le pays et en plus ils cassent des biens publics. C’est si dur que ça de les arrêter ? Ou alors, ça arrange les affaires de certains qu’ils soient en liberté ? Oh mon dieu ce serait donc ça !

Bon c’est vrai qu’ils sont soutenus par des cons qui deviennent hystériques à la vue d’un dessin animé primé à Cannes, mais peut-on en vouloir à cette jeunesse à laquelle on  a appris depuis le plus jeune âge à ne pas essayer de remettre quoi que ce soit en cause, et surtout pas le dogme religieux. Peut-on leur demander après plus de 50 ans de dictature qui a tout fait pour élever des générations d’analphabètes à devenir du jour au lendemain cultivés, responsables et à philosopher sur le sens de la vie ?

Alors d’un côté on a ces mecs qui veulent tout fermer sous prétexte que cela offense dieu (d’ailleurs, rappel important : dieu se débrouille beaucoup mieux sans vous, merci), et de l’autre on a des gens qui veulent enfermer n’importe quel barbu qui circule sous prétexte que c’est un terroriste. Non mais c’est qui le connard qui a dit un jour : « Ettounsi lel tounsi ra7ma » ?

Comme si ces histoires de religion n’avaient pas suffi, on a aussi eu droit à des prouesses de notre ministère de l’intérieur qui nous a montré durant ces mois son savoir-faire en matière d’ACABitude. Alors là, en Tunisie, on n’a pas de pétrole, on n’a pas d’idées, mais pour tabasser du peuple on est les number one. On a eu droit à des one-man show de toutes les matraques de Tunisie. Dès que des gamins foutaient la merde à l’avenue Habib Bourguiba, c’était les passants qui prenaient cher. Et tout ça devant le regard consentant du tunisien moyen qui n’attendait qu’une chose, le retour de la sécurité et qui se disait qu’un flic ne tabasse que ceux qui le méritent. Ouais ce tunisien moyen n’a jamais été au stade, c’est sûr. On aura au moins appris durant ces évènements que le nettoyage du ministère de l’intérieur prendra encore des dizaines d’années, et qu’on risquait de voir le dernier épisode des feux de l’amour bien avant de voir ce ministère rempli de flic tout propres.

On rajoute à ça un ministère de la justice tout ce qu’il y a de plus honnête, où pratiquement personne à part les trabelseya n’a été condamné, une « lajnet ta9assi el 7a9ae9 » qui en 9 mois n’a réussi qu’à nous trouver des barrettes de shit dans le palais présidentiel, et vous avez là un cocktail explosif qui me donne envie de me flageller juste parce que je vois cela et que je ferme ma gueule.

Ah oui, maintenant qu’on est en « démocratie », on ne peut qu’être subjugué par la tolérance des sympathisants des partis. Pour faire simple, c’est un peu un Santa Barbara géant : Ettakattol déteste le PDP, mais le PDP préfère détester Ennahdha qui elle en veut au Pole Démo. Ce dernier le lui rend bien, ce qui déplait au CPR qui entretient une relation extraconjugale avec Ennahdha. Entre temps, le PCOT déteste tout le monde et AFEK s’indigne à travers des communiqués et des clips qui feraient pâlir la 1ère Nolwenn venue. Bref un grand bordel qui atteint son apogée lorsqu’on voit que les affiches de tous les partis sont arrachées par les passants, et ce, à peine collées.

Mais tout ça ce n’est rien comparé à ces abominations sans noms que l’on appelle « pages révolutionnaires de Facebook ». Imaginez le contenu de Mein Kampf, mélangé au livre vert de Kaddafi et saupoudré d’un soupçon de la page culturelle du journal tunisien « Al Moussawer ». Mixez-moi tout ça et vous obtiendrez le contenu d’une page Facebook tunisienne comme il s’en fait des tas depuis janvier dernier. D’el 7a9ae9 al khafeya à Koora Tunisie, en passant par « Al cha3b moslem wa lan yastaslem », c’est tout un florilège de conneries que vous lirez dessus. On y apprend pêle-mêle que la moitié des tunisiens est franc-maçonne, que l’autre est sioniste et qu’une autre moitié est pro-américaine (vous l’aurez compris, ils sont aussi peu doués en mathématiques).  On y notera aussi que toutes les filles tunisiennes qui ont réussi sont des putes et que les mecs qui sont sous les feux des projecteurs sont gays (et qu’ils couchent avec le Général Ammar selon une certaine page). Le problème dans tout ça c’est que ces gros cons sont suivis par des centaines de milliers de personnes et que chacun de leur post peut entrainer des mini-émeutes dans le pays. Pour vous faire visualiser le truc, c’est comme si on filait un lance-flamme à Marilyn Manson et qu’on le lâchait dans un concert de Hip-Hop. Oui vous m’aurez compris, c’est la merde.

Alors oui, j’aimerais bien me calmer, mais y a Kamel Morjane et Mohamed Jegham qui font des meetings comme si de rien n’était et ça me remet encore plus en rogne qu’avant.

Bref à cause de toutes ces conneries, je me suis retrouvé à défendre successivement : Nessma, Sami El Fehri, les barbus, Hamma Hammami, le PDP, un documentaire que je n’ai pas vu (Ni Allah Ni Maître), Moncef Marzouki et Leena Ben Mhenni alors que franchement, je n’en avais rien à branler à la base. Tout ça parce que pour nous les tunisiens, que l’on soit gauchiste, islamiste, laïque, athée, de droite, capitaliste, communiste, blogueur, ministre, pauvre, étudiant ou chômeur, on est tous le connard de quelqu’un d’autre et qu’à un moment, ça me les brise !

Alors vous allez me faire plaisir, vous allez écouter les conseils de Jésus (ou d’un hippie connu,  je ne sais plus trop) qui un jour a dit : « Vous allez vous aimer les uns les autres bordel de merde ! ». Parce que franchement, j’en connais un dans son palais en Arabie Saoudite qui doit bien se marrer en vous voyant.


%d blogueurs aiment cette page :