Archive | mai, 2012

Voyage au cœur de l’assemblée constituante

23 Mai

Disclaimer : Vous commencez à comprendre le système mais sait-on jamais, avec tous les cons qui courent les rues et en attendant qu’on fasse une loi pour leur interdire la reproduction faut que je mette le disclaimer. Donc, je disais : Tout ce qui suit c’est de la fiction (tout comme la transition démocratique ou les couilles de Mustapha Ben Jaâfar, mais ça c’est une autre histoire), donc ce n’est vraiment pas la peine de m’envoyer des menaces de morts, des insultes, tout ça. Merci, bisous !

(Là c’est l’intro à lire avec une voix off qui fait flipper et un morceau de Hotel Costes en fond sonore)

Toujours en quête de vérité, Unblugged a décidé d’envoyer ses fidèles reporters au Bardo, à l’assemblée constituante plus précisément, afin de répondre à cette question qui taraude l’esprit de tous les Tunisiens : « Pourquoi personne ne branle rien dans ce truc à la con ? ».

Bardo, 14 juin 2012, 8h : Afin de ne rien rater de la journée, nous arrivons devant l’assemblée constituante de bon matin. A notre grande surprise, seul Yassine Ayari est présent. Malgré le danger qui nous guette (des tympans, nous n’en avons que deux et nous ne voulons pas les traumatiser à jamais), nous nous approchons tout de même de lui pour lui demander ce qu’il fait ici, lui qui a été aussi mal classé à Zaghouan que ne l’est le Club Africain dans le championnat tunisien. C’est alors qu’un mec de la sécurité s’approche et nous susurre à l’oreille : « Surtout ne lui dites pas ça ! Afin de ne pas le choquer, nous lui avons fait croire qu’il a été élu. D’ailleurs nous avons aussi truqué son Google Analytics pour qu’il ne découvre pas que son blog « dekhline fi 7it » ou un truc du genre reçoit autant de visites que les parties intimes de Saida Agrebi ».

Nous abandonnâmes donc cette idée et nous partîmes (depuis le temps que je rêvais de placer du passé simple dans une phrase) patienter dans la salle d’attente.

Bardo, 14 juin 2012, 11h10 : Les premiers élus commencent à débarquer. Nous entendons des cris au loin, nous nous y rendons et découvrons Iyed Dahmani en train de s’engueuler avec Lobna Jeribi : « Non on ne dit pas « Sbalkhir » ! On dit « Sbe7 el khir » ! Et je vous demande de me laisser finir ! Ne me coupez pas ! NE ME COUPEZ PAS ! ». On nous fait signe que c’est une image que l’on voit au quotidien, Iyed vit pour crier. Vous me direz, c’est toujours mieux qu’un Samir Dilou qui ne vit que pour mentir…

Bardo, 14 juin 2012, 12h03 : Tous les élus prennent enfin place après que Maherzeya Laâbidi ait poussé une gueulante. Tous ? Non ! Souad Abderrahim est encore dans la terrasse en train de sécher le linge des élus Ennahdha. On nous informe alors qu’à Ennahdha on lave notre linge sale en famille et c’est Souad qui l’étend.

Bardo, 14 juin 2012, 12h32 : L’éminent président de l’assemblée, armé de son marteau et de son fidèle coupe-micro démarre la séance. Son visage marqué nous rappelle les moments difficiles qu’il a vécu sous l’ère Ben Ali (rappelons que la police politique lui avait tout de même dégonflé ses pneus de voiture). C’est Samir Bettaieb, élu du défunt Pôle Démocratique qui débute la séance, cet ancien « opposant » irréprochable du régime de Ben Ali veut soumettre une nouvelle motion : « Annuler la suspension des RCDistes de toute activité politique durant 10 ans ». En off, il nous révèlera : « bah ouais quoi les gars, on en a besoin pour pouvoir battre la troïka. Entre la peste et le choléra, on a choisi le choléra. C’est cool le choléra ! ». Derrière, on aperçoit les élus de l’initiative, parti de Kamel Morjane (vous savez, le mec qui a redonné le passeport à Ben Ali et qui avait dit que le peuple tunisien n’était pas prêt pour la démocratie) en train de se toucher à chaque phrase débitée par l’élu républicain.

Bardo, 14 juin 2012, 13h07 : C’est au tour de Kassas de parler. Il est un peu énervé parce qu’apparemment, tous les élus ont eu du pain au chocolat au petit dèj alors que les membres d’El Aridha n’ont eu qu’un croissant. On l’entend crier : « C’est une honte !  C’est de la ségrégation ! Monsieur le président vous êtes un… ». Le micro a été coupé par monsieur le président. Quelques sièges plus bas, on entend Sadok Chourou crier : « Qu’on lui coupe les bras ! Qu’on le lapide ! Qu’on enterre sa femme vivante ! ». Bizarrement, Ben Jaâfar ne semble pas retrouver son coupe-micro sur ce coup.

Bardo, 14 juin 2012, 13h21 : C’est l’heure de la pause dèj’. Moncef Marzouki, qui ne vient jamais aux séances (selon nos sources il serait président de la république tunisienne, mais cette explication nous semble réellement farfelue) débarque juste à ce moment. Notre déontologie journalistique nous empêchera de vous révéler que cet éminent docteur spécialiste en diarrhée se sera resservi à 3 reprises. Sahbi Atig n’est pas au déjeuner, personne n’a eu le réflexe de le réveiller de sa grasse mat’, faut dire que les fauteuils verts de l’assemblée sont si confortables.

Bardo, 14 juin 2012, 14h51 : La « courte » pause dèj’ s’est achevée. Habib Khedher, rapporteur général de ce cirque, annonce le programme de l’après-midi : « Les élus ont trouvé que la 3ème augmentation qu’ils ont reçue la semaine dernière n’est pas suffisante, par conséquent ils réclament une augmentation de l’augmentation de l’augmentation ». Des aveux même de Khelil Zaouia, les 7 200 DT de salaire actuels ne suffisent plus à maintenir le rythme de vie d’un élu tunisien. En effet les nouvelles Mercedes de fonction acquises début juin, les villas haut-standing de Gammarth négociées il y a 3 jours et les déplacements chez les « ploucs » dans le but d’être filmés par les caméras de TV7 la TTN engagent beaucoup trop de dépenses. Samir Ben Amor renchérit en spécifiant les prix exorbitants des crèmes pour yeux L’Oréal qu’il doit s’acheter chaque jour afin de moins ressembler à un Panda politique.

Bardo, 14 juin 2012, 15h46 : C’est l’heure du vote, sur les 123 élus présents, 213 ont voté. Nous ne pouvons qu’être admiratifs devant tant de motivation, d’abnégation et de don de soi. 204 élus ont voté pour l’augmentation, 3 ont voté contre et 6 votes blancs ont été comptabilisés. En hommage à la révolution, nos représentants ont choisi un chiffre symbolique comme nouveau salaire : ils seront désormais payés 14 000 DT.

Bardo, 14 juin 2012, 16h14 : C’est l’heure du goûter, malheureusement il n’y a plus de gaz pour allumer le feu et griller les toasts. C’est alors que Hamadi Jebali débarqua avec des tonnes de papiers à brûler : « Tenez, c’est en vrac : les dossiers des blessés de la révolution, du chômage, des violences salafistes et de l’économie tunisienne. Je ne pense pas que vous en aurez besoin ». Tahar Hmila, doyen de l’assemblée se chargea d’allumer le feu, non sans avoir vérifié auparavant qu’il n’y avait aucun mot en français dans le paquet d’allumettes utilisé.

Bardo, 14 juin 2012, 17h27 : Le gouter est terminé. Une embrouille éclate entre Mehdi Ben Gharbia et Ahmed Nejib Chebbi, comme quoi le 1er cité voulait apprendre au second comment beurrer sa biscotte. « El Esle7 ! » l’a-t-on entendu crier, « EL ESLE7 !! »

Bardo, 14 juin 2012, 17h36 : Nos vaillants élus en ont terminé avec leur dure journée. On aperçoit au loin quelques élus nahdhaoui en train de discuter. Un de nos reporters s’approche du groupe et entend l’un d’eux dire : « Et là je dis à l’électeur, votez pour moi et on écrira une constitution ». Et ils se mirent tous à rire.

Bardo, 14 juin 2012, 17h42 : L’assemblée s’est complètement vidée. Seul Yassine Ayari est resté là, répétant sans cesse « Je suis l’homme qui a dit non ! Je suis l’homme qui a dit non ! ».

Nous quittons le Bardo dans la foulée, dehors nous apercevons de jeunes chômeurs dans des tentes réclamant du travail, des enfants aux fringues déchirées en train de demander l’aumône, des mamans pleurant leurs gosses emprisonnés pour avoir fumé du cannabis pendant que des criminels gambadent librement dans tout le pays. Tous nous disent que les élus du peuple les négligent et qu’ils ne pensent qu’à leur pomme. Tain ils avaient pas compris qu’il y avait d’autres priorités que leur pauvreté à la con ces gens ?


%d blogueurs aiment cette page :