Archive | mai, 2013

La révolution du jasmin pour les nuls : épisode 1

10 Mai

Je sais ce que vous allez me dire : « T’étais où pendant tout ce temps ? Topnet a une connexion aussi pourrie que ça ? Tu as rejoint le CPR ?  Tu cèdes ta place à Don Arabasta ? » (enfin vous n’allez pas tous me dire ça, y a toi, et toi, et toi aussi là-bas qui vous en foutez pas mal, mais je tiens à vous dire que je ne vous aime pas non plus). Donc, je vous l’annonce de suite, tout ce que vous allez dire est faux (sauf pour la connexion de Topnet), si je n’ai pas écrit, c’est parce que je n’étais pas inspiré. Et quand je ne suis pas inspiré, j’écris à peu près les mêmes trucs que Yassine Ayari, et comme je ne veux pas vous faire vivre ça (ni le faire vivre à moi-même non plus), et ben je me suis abstenu.

Bref, tout ça c’est du passé, je me suis repris en main et puis y a aucune raison que Khalil Boukornine se chope tous les likes du pays tout seul. Du coup je me suis dit que j’allais faire un post « utile ». Je m’explique, j’ai remarqué qu’il y a eu beaucoup d’évènements depuis deux ans (figure de style n° 1 : Euphémisme. Dans ta gueule Boukornine !), et je me suis dit que vu la vitesse à laquelle tout cela se passe, vous n’avez carrément rien dû piger de ce qui s’est passé. Du coup, quoi de mieux que de pondre un « La révolution du jasmin pour les nuls » (en vrai je ne vous traite pas de nuls hein, enfin à part les 3 qui ne m’aiment pas là). Et pour simplifier le tout, je vais retracer ces 28 derniers mois à travers une discussion entre un grand-père et son petit fils, en 2034, avec le petit fils de 12 ans qui demande à son grand-père : « Papy, c’est quoi cette révolution du jasmin ? »

Comme dirait Sonia Ben Toumia : « Ci parti ! »

Le Gamin (qu’on appellera sobrement Abderraouf, prénom qui sera très à la mode en 2034) : Papy, c’est quoi cette révolution du jasmin ?

Le Papy : Petit-fils, je pense que tu es un peu trop jeune pour que je te parle de sodomie, mais comme je suis un peu bourré, je vais te l’expliquer. Tu veux savoir quoi ?

Abderraouf : ça a commencé comment ci dija ? (Le terme « ci dija » est rentré dans le dictionnaire en 2023)

Le Papy : Je ne m’en rappelle plus très bien, mais je crois que le 17 décembre 2010, une sombre affaire de nichons, de bascule et de Fedya Hamdi a poussé un mec dénommé Mohamed Bouazizi  à s’immoler par le feu devant la mairie.

Abdou : C’est le même Mohamed Bouazizi de l’avenue qui longe l’aéroport Wajdi Ghonim ?

Le Papy : Exactement petit. Suite à ça, les habitants de Sidi Bouzid, ville de Bouazizi, qui était aussi pauvre qu’aujourd’hui, ont commencé à manifester. Il faut dire qu’à l’époque, la repression et l’inégalité entre les régions a fait que c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase.

Abdou : Ouais en gros, c’est la même situation qu’aujourd’hui quoi.

Le Papy : Non aujourd’hui c’est mieux, t’as… Bref ferme ta gueule et laisse-moi finir, petit. Donc, la tension était à son comble, des gens commençaient à en parler sur Twitter, un site qui marchait vachement bien à l’époque et qui a fait connaitre des personnalités aussi connues que le ministre des affaires religieuses, Cheikh Riadh El Hammi. Petit à petit, ça a commencé à péter un peu partout à l’ouest du pays, avant de se généraliser dans tout le pays. A un moment des jeunes de Carthage Salambo ont même sorti une chanson rap terrifiante et Lotfi Abdelli, le mec qui présente Question Pour un Champion sur Al Watania 11 a fait une VCast.

Abdou : Ah ouais, c’est parti en couilles ci koumem (pareil c’est rentré dans le dico en 2026)

Le papy : Surveille ton langage na3n weldik. Toujours est-il que, oui, c’était le bordel. Et Ben Ali, le khalife… pardon le président de l’époque a fait 3 speechs à la télé aussi pourris l’un que l’autre, sauf que pour le dernier, on avait l’impression qu’il chiait dans son froc.  Du coup, il a semblé tellement faible que le peuple est sorti dans la rue en criant « Digage ». Par la suite, Rachid Ammar, le mec qui a une statue à la Goulette, et quelques acolytes, ont fait un coup d’état le lendemain en expédiant Ben Ali Emirats Saoudiens Unis, qu’on appelait avant l’Arabie Saoudite. Du coup plus de président, et un mec dont je ne me souviens plus du nom a pris sa place et un nouveau gouvernement a été nommé. Tu aurais vu la joie des Tunisiens… Je crois que c’était la dernière fois qu’ils étaient aussi heureux. Enfin à part lors du but de Msakni en finale de la coupe du Monde 2022. En tout cas ils n’ont pas pu fêter ce départ dignement vu qu’ils devaient former les comités de quartier.

Abdou : Les comités de quartier ? Qu’est ce que c’est que cette connerie encore.

Le papy : Haha, tu ne crois pas si bien dire. Ça aussi c’était pas mal : pour que les gens restent chez eux, on leur a fait croire que des milices du RCD, l’actuel parti de Kamel Morjane, fuyaient par millier du pays, qu’ils étaient armés et que la route pour sortir de la Tunisie, c’était en passant par les petits quartiers du pays. C’était magnifique : à la télé on faisait croire que des ambulances tirait sur les civils, que le tigre de Sakher El Materi, l’actuel 1er ministre des Maldives, mangeait des gens et à un moment on leur a même fait croire que la démocratie allait s’installer.

Abdou : J’ai l’impression que le peuple était aussi con qu’aujourd’hui, papy.

Le papy : Mec, c’était du haut niveau. Là faut que tu ailles dormir, mais demain je te raconterais la suite. Tu vas voir que ceci n’est rien par rapport à ce qui va arriver plus tard. Je te fais juste un petit teasing : Moncef Marzouki.

Abdou : Monsieur le khalife  intérimaire ? Ça va être génial ! Ok papy, je vais dans ma boite à cryogénisation. A demain !

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Y aura un épisode 2 (enfin normalement, si dieu et Topnet le veulent bien). J’espère que c’est beaucoup plus clair là. De toutes façons vous avez intérêt parce que c’est la période la moins compliquée de la « Rélolution du Jasmin ».

PS : Aucun Boukornine n’a été blessé durant l’écriture de ce billet. Par contre pour le Chaambi, je ne vous garantis rien.

%d blogueurs aiment cette page :