Archive | Chabaket ejtima3eya RSS feed for this section

Je suis un admin de page Facebook et je le vis bien

1 Fév

Disclaimer : Le billet qui va suivre est volontairement inspiré de celui-ci et n’est pas un vulgaire plagiat. Ce n’est donc pas la peine de me balancer à l’auteur (qui en plus est un gros connard).

Si vous êtes sur Facebook, vous vous êtes sûrement retrouvé sur des pages portant des noms aussi doux que « الحقائق الخفية », « فضائح العلمانية » ou bien »أكبر صفحة لمكافحة العلمانية والماسونية » et vous êtes probablement tombés dessus après avoir cliqué sur une photo montrant Haythem El Mekki assis à côté du cousin d’un mec qui a été aperçu deux jours avant avec un pote à lui tenant une chope de bière.

Ces pages sont gérées par des gens que l’on appelle « administrateurs » (ou plus couramment « Admin ») et dont ont connait rarement l’identité (car oui, l’admin Facebook n’est pas courageux). Ce qui est extra dans tout ça, c’est que leurs pages comptent souvent un nombre de fans qui rendrait jaloux n’importe quel Community Manager de ce monde.

La recette de ce succès ? Prenez un soupçon de « takfir », saupoudrez-le d’un zeste de « khatir » et de « 3ajel », mélangez le tout avec une pincée de « 3ahirate » ou autres « louate » et vous avez là une page Facebook prête à endoctriner des dizaines de milliers de petits internautes Tunisiens.

Une des particularités pour être un « admin » Facebook, c’est de vendre son âme au diable et de faire croire qu’on l’a dédiée à dieu. Parce qu’il faut dire que ces personnes sont les premières à nous donner des leçons de religion et à traiter tout ceux qu’ils n’apprécient pas de mécréants. Par contre, eux n’hésitent pas à balancer des photos personnelles de ceux qu’ils souhaitent dénigrer, à faire dans la mauvaise foi et à traiter toutes les filles de putes. C’est justifié pour eux étant donné qu’ils sont en train de défendre Ennahdha dieu et peuvent donc utiliser ces méthodes extrêmes en toute impunité.

Mais depuis quelques temps, les positions assez modérées du parti du frère de Jo Bhiri, de Souad Abderrahim et de Sadok Chourou (oui y a bien un paradoxe là) ont fait que certains de ces administrateurs (Aman Allah Mansouri, si tu nous lis…) ont été déçus par Ennahdha et commencent plutôt à pencher du côté du Tahrir, qui prône les vraies valeurs d’une religion qui porte bizarrement le même nom que la 1ère religion du pays mais qui pourtant diffère beaucoup dans ces préceptes.

L’ennemi de l’admin Facebook par excellence est le franc-maçon. Vous me direz : « ah ouais quand même, il est cultivé l’admin, il connait les francs-maçons et tout ». Bah en fait non, il ne les connait pas, c’est juste que « Francs-maçons » c’est super compliqué à comprendre, ça fait peur et c’est occidental comme concept, donc autant traiter tous ses ennemis de la sorte, c’est vendeur.

Quand il se fait chier, l’admin Facebook aime se foutre de la gueule des auto-proclamés « progressistes », qu’il adore traiter d’orphelins de la France, de Ben Ali et parfois même de Karl Marx. D’ailleurs quand l’une d’entre eux va à une manif en jupe et décolleté, il publie illico sa photo (enfin pas illico, il l’a mate avant) en prenant bien soin d’entourer ses atouts de charme tout en se focalisant sur le bout de cigarette qui dépasse de sa main, parce que les filles qui fument : c’est le mal !

Allez, avant de continuer, je vais vous faire plaisir et vous mettre en situation avec un cas pratique : alors, imaginez qu’une manifestation a lieu quelque part dans Tunis (oui généralement les manifs anti-nahdha ont toujours lieu dans les grandes villes, mais ça c’est une autre histoire) pour dénoncer… au hasard le fait qu’un élu Ennahdha ait proféré des menaces envers le peuple via son Twitter et disons qu’ils appelleront cette manif « e7taremni », le 1er réflexe de l’administrateur sera d’ôter le « e7 » du nom afin de rendre ça plus sexuel, de faire croire à tout Internet que la manif veut instaurer le mariage zoophile et se chargera pour cela de mettre les photos des mecs en Ray-Ban promenant leurs chiens, et balançant par la suite celles où des manifestants trimballent des drapeaux arc-en-ciel (donc forcément gay) sans oublier celles où figurent des pancartes avec le mot laïcité parce que c’est bien connu, la laïcité ça va tuer l’islam et du coup on ne pourra jamais vivre notre religion aussi librement que dans les pays comme la Turquie… Oh attendez !

Autre trait de caractère de notre sujet d’étude, c’est qu’il se prend souvent pour un vrai journaliste. Il lui arrive donc souvent de tenter d’interviewer des hommes politiques en se présentant comme « un journaliste sur Facebook » (oui ça ne s’invente pas) et en lui posant des questions aussi pertinentes que : « Est-il vrai que votre femme se baigne en bikini ? ».

Mais il faut également avouer que nos admins ont aussi des qualités, enfin si on peut appeler ça des qualités. Ils arrivent à reprendre n’importe quelle information mettant à mal Ennahdha (et dieu sait qu’il y en a), et à retourner la situation à son avantage. Par exemple, Jebali nomme les directeurs de nos médias sans informer personne ? Ils vous diront que les autres ne bossaient pas (faut dire qu’il a fait ça un samedi en fin d’après-midi) et que seul lui pensait à son pays en travaillant le week-end. Bhiri libère son frère accusé de pédophilie ? Bah il faut dire que le gosse l’avait vachement allumé avant. Hamadi Redissi se fait agresser en pleine rue ? Il n’avait qu’à pas être journaliste ce con.

Et ouais, ils sont vraiment forts ces gars.

Ils sont tellement forts que des personnes avaient pour seule revendication, lors du sit-in de Bardo, de « nettoyer » Facebook de ces pages, la preuve en image avec ce jeune concitoyen qui, sous couvert d’anonymat (oui c’est autant une flippette que les admins) avait balancé ce message au milieu de la foule, venue ce jour-là réclamer le droit au mariage gay (ce n’est pas moi qui le dit, c’est les pages dont je vous parlais).

Publicités

Comment être un bon musulman sur Facebook ?

22 Août

Disclaimer : avant de commencer et pour éviter tout message insultant, je tiens à signaler que ce qui est présenté ci-dessous est pour la plupart du temps inspiré de vrais récits de cheikhs un peu douteux. Si vous trouvez donc ce billet irrespectueux, adressez-vous aux mecs qui ont une émission de TV dédiée pour raconter ce genre de trucs.

Comme vous le savez sûrement, l’islam a quand même 14 siècles d’ancienneté, depuis l’an 610 plus précisément. Si je vous parle de tout ça c’est surtout pour vous dire que c’est sorti à une époque où ni les PC, ni le web n’existaient et que par conséquent, la navigation sur les réseaux sociaux n’a jamais été réglementée.

Alors, plutôt que d’écouter des vieux barbus, qui n’ont au final aucune légitimité pour vous apprendre quoi que ce soit, je vous propose de lire ce qui suit pour vous garantir un surf sur Facebook 100% Halal. Non mais parce que les cheikhs s’y connaissent surement mieux que moi en religion, mais surement pas mieux en réseaux sociaux.

Alors pour commencer, pour des questions d’ordre pratique, je vous conseille de diriger votre PC face à la Qiblah. En effet, l’internaute étant très fainéant de nature, cela vous évitera de faire des rotations trop fatigantes à l’heure de la prière.

Comme nous sommes en plein milieu du mois saint, je vais commencer par les choses qu’il ne faut absolument pas faire si l’on ne veut pas rompre son jeûne. Premier point essentiel, le poke, essentiellement lorsqu’il est destiné envers une personne du sexe opposé (à moins que vous ne soyez homosexuel(le) et dans ce cas, inutile de vous creuser la tête, votre jeune est rompu d’office. Enfin c’est ce qu’ils disent sur « Iqra ».). Le poke étant par essence le fait de toucher l’épaule de quelqu’un d’autre, vous comprendrez que ce geste assez peu chaste, aussi virtuel soit-il, puisse être prohibé avant le coucher du soleil.

Autre fait banni et qui est considéré comme étant encore plus grave que de se faire un shot de vodka accompagné d’un jambon beurre  à la veille du 27ème jour de ramadan : partager une vidéo de Jalel Brick. Ici, le méfait s’applique aussi bien  à 9a2ilouhou (soit Jalel Brick lui-même) qu’à sami3ouhou et « elli ypartagihou » (Credits : Emna Darghouth). Peu importe que vous fassiez l’une de ces actions, vous êtes bons à subir le même sort que celui d’une merguez le soir d’un barbecue d’été.

Si vous êtes une femme, autant briser tout de suite le tabou, vous avez le droit d’écrire. On a tous convenu que votre voix était considérée comme ‘3awra », mais on n’a rien contre votre écriture. Bon, il faut avouer que vous seriez tellement plus utile devant un évier à faire la vaisselle, mais légalement et religieusement, rien ne vous interdit Facebook.

Intéressons-nous aussi à un phénomène très répandu, communément appelé le « Onchorha wa laka al ajr », qui peut aussi se présenter sous la forme d’un « onchaorha bi kothr 7obbika lel rassoul ». Alors pour que cela soit clair une bonne fois pour toute, quand vous partagez une vidéo plus d’une fois, ce n’est plus de l’amour, c’est du spam, donc si vous voulez partager, faites-le une fois, on sait que le conseil se fait une fois, et ben c’est pareil pour le partage.

Pour qu’on soit aussi clair une bonne fois pour toute, les vidéos du genre « Sob7ane allah, dhefda3 ya2koulou fi senjeb » ou bien « al vidiou allati estaslama ba3daha 2 000 massi7i » ne vont pas rapprocher vos amis de la religion, mais juste les faire rigoler en se disant que leur pote (c’est à dire vous) est bien con.

De même, partager le dernier « Sa77a Chribetkom » du Cheikh Mourou ou défendre Ennahdha à tout bout de champs n’est pas inclus dans le « to-do » pour aller au paradis. Donc autant partager la dernière couv’ de Tunivisions avec Kenza Fourati en monokini, au moins là vos amis risquent d’apprécier (du moins, moi je vous apprécierais beaucoup plus).

Bon à savoir, l’achat de Facebook Credits pour avoir la dernière moissonneuse-batteuse dans votre ferme Farmville n’est pas considéré comme étant de la « Zakate ». De même que placer l’Arabie Saoudite sur la carte dans Geo Challenge ne veut pas dire que vous avez effectué une « omra ».

Dernier conseil, si vous êtes un mec qui n’arrive pas à se retenir à la vu de toutes ces demoiselles sur Facebook, le plus simple serait de passer sur Google +. En effet, l’absence de filles sur ce réseau social de geeks vous évitera au moins toute mauvaise tentation.

Voilà, c’est à peu près tout, j’espère que ceci va vous aider à garantir votre place auprès de 2Pac et Elvis Presley. De mon côté, je prie pour que Larbi Nasra passe par là et ait la bonne idée de me recruter pour animer sa prochaine émission ramadanesque. D’ici là, j’aimerai juste que vous répondiez à mon interrogation : est-ce que mon jeûne à moi a été rompu suite à la rédaction de ce billet ?

Edit : Un petit cadeau trouvé par Souhail 🙂

Je suis une Mimi Minoucha et je le vis bien…

28 Juil

Enfin je ne parle pas de moi, mais de ces filles aux noms bizarres qui foisonnent sur l’outil n°1 de tout révolutionnaire arabe : Facebook.

Alors oui, ces filles existent depuis des années et je ne vais peut-être rien vous apprendre de nouveau, mais vu que je reprends le blogging, je ne peux pas passer à côté d’une analyse socio-tanbirienne de ce putain de concept.

Alors pour commencer, il faut savoir que les Mimi Minoucha ne mettent jamais leur vrais noms, ne m’en demandez pas la raison, je la cherche tout autant que vous. A la place, elles préfèrent se faire appeler « Touta Titissa », « Mannou Mannouta » ou « Fifi princesse ».

Secundo, elles ont TOUTES une photo de bébé,  celui-ci en général. On n’a jamais compris ce qu’elles lui trouvaient de mignon à ce connard qui doit sûrement passer sa vie  à brailler et à faire caca. Bref, c’est à se demander quelle raison nous pousserait à accepter la demande d’amie d’une fille qui ne met ni son vrai nom, ni sa photo.

Mais si par malheur vous acceptez la demande d’ami d’un Mimi Minoucha, vous devriez en toute logique tomber sur ça :

  • Chanteur préféré : Yanni (un jour, il faudra qu’on m’explique comment on peut être fan d’un sosie de Tom Selleck super passionné par les pulls bleus deux tailles au dessus).
  • Film préféré : vous prenez les mots « Love » « Dance » et « Sexy » vous les assemblez à chaque fois dans un ordre aléatoire et vous devriez tomber sur la totalité du répertoire cinématographique de toutes les Mimi Minoucha de la Tunisie
  • Livre préféré : vous vous attendez vraiment à trouver un truc là ?
  • Citation préférée : c’est sûrement ici que se trouve le plus grand mystère de la nature (à côté, le triangle des Bermudes et l’extraterrestre de Roswell passent pour de la merde). Les plus grands chercheurs ont essayé en vain de trouver la réponse à cette question : « Pourquoi toutes les Mimi Minoucha choisissent un extrait d’un livre de Paolo Coelho (à ne pas confondre avec son homonyme ex-entraineur de l’équipe nationale de Foot) comme citation préférée ? ».
  • Pages likées : « Clubbing », « Les douches à deux », « Tiesto », « Je suis musulmane et fière de l’être ».

Autre moment mythique de votre exploration de leur profil : les albums photos. Il faut savoir que les Mimi Minoucha adorent leurs « Coupines » et le font savoir à qui veut bien l’entendre. C’est ainsi qu’au hasard de vos clics sur l’album « Sahreya 3alameya avec mes chéries au Purp-hype-select Club de Hammamet », vous tomberez sur des commentaires au scénario limpide que voici:

  • Amie 1 : « Ma7lek Mimi sur cette photo, thabbeeeeeel ! »
  • Mimi : « 3aychek Foufa, enti zeda 7lek, mwaaah ! »
  • Amie 2 : « Ze vous adore mes copines, XoXo »
  • Amie 3 : « Mimi, Touta, Faffou, Lily, ma7lekom fi hal taswira, barcha boussete ! »
  • Mimi : « Merci Loulette et Doudette, reste plus qu’à trouver l’homme de ma vie super friqué pour que je n’aie plus à voir vos têtes de connes » (en vrai elles ne disent pas ça mais elles y pensent fortement)

NDLR : ce scénario se reproduit dans chaque album de toute Mimi Minoucha qui se respecte, il faut juste parfois remplacer les Touta par des Daddou et les Faffou par des Nounou mais sinon tout est pareil.

Autre album qui vaut le détour, celui qu’elles ont sobrement choisi d’appeler « Mwa » (ce qui en langage humain, veut dire « moi »). Cet album contient un florilège de photos prises à bout de bras grâce à un téléphone mobile en prenant bien soin de se pincer les lèvres tel un canard (d’où l’appellation « Duckface »). Généralement, ces photos ressemblent à ça

La Mimi Minoucha a aussi un animal de compagnie, souvent un chat dont elle adore raconter les péripéties. Parfois elle lui dédie même une page fan du genre « Pour tous ceux qui aime Félix » et on y retrouve Minou, Foufa et leurs autres copines, passant leur temps à liker les photos du félin et à poster des « c’est meugnon » à tout va. Non mais les filles, votre chat, il serait tellement mieux en tant que garniture d’un mermez fait maison.

Sachez aussi que Mimi a aussi son pendant masculin, il s’appelle Kimo Clubber, il porte des RayBan qu’il garde pour se prendre en photo dans sa salle de bain et peut vous parler tout autant de la dernière Mercedes ou du Sensation white d’Amsterdam que faire des analyses politiques en gueulant qu’on va droit dans le mur (tandis que le monsieur a claqué les 350DT que lui a donné papa dans la soirée de la veille).

Quand le Kimo Clubber est plus influencé par Rotana que par TF1, il se fait appeler « Amine Safir Al Roumanseya », il adore George Wassouf, est admin d’une page Facebook « révolutionnaire » et vénère par dessus tout Khaled El Korbi. Généralement Amine aime partager les vidéos des barbus demandant à ce que les femmes restent chez elles mais drague toutes les filles de Facebook en les invitant à sortir boire un café.

Tous ces joyeux lurons pullulent sur cette création infâme de Mark Zuckerberg. Le pire c’est que maintenant leurs parents sont tous fiers qu’ils y soient car ils pensent que leurs gosses ont fait la révolution grâce à Facebook et les encouragent à surfer dessus. Donc autant vous prévenir : si vous pensiez que notre jeunesse avait encore un espoir de s’en sortir, autant couper court à vos espoirs; ce ne sera aucunement le cas.

Sur ce je vous laisse, faut que j’aille regarder la dernière vidéo de Jalel Brick sur Facebook.

Vis ma vie de TnTweeple

13 Juin

« Twitter, qu’est ce que c’est ? ». S’il y a bien une question à laquelle on ne trouve jamais la réponse adéquate, c’est bien celle-là. Et franchement, il n’y a rien d’étonnant tant ce truc est incompréhensible pour les « non-initiés ».

Il faut dire que Twitter dans le monde, c’est déjà du grand n’importe quoi : ça envoie des messages d’amour à Justin Bieber, ça retweet du Lady Gaga (j’aimerais bien expliquer aux noobs ce que veut dire retweet, mais ça m’obligerait à expliquer ce que veut dire noobs et ça ferait une phrase trop longue pour une parenthèse) et ça se tape des lol avec Barack Obama. Comprenez que le tweeple qui fait ses premiers pas se retrouve aussi perdu qu’une Saida Agrebi au rayon cosmétique d’une parfumerie.

Vous imaginez donc bien ce que peut être une twittosphère à l’échelle tunisienne ! En fait non ne l’imaginez pas, je vais vous mettre en situation pour que vous, la masse (en opposition à l’élite, catégorie à laquelle les TnTweeple se dit appartenir), puissiez vivre cette expérience très spéciale.

Alors pour commencer, fermez les yeux, laissez vous aller et imaginez que vous êtes un tnTweeple (donc un utilisateur tunisien de Twitter). Si cela marche, vous devriez ressentir un gonflement au niveau de votre tête, car oui, le tnTweeple a définitivement la grosse tête. Si vous avez réussi ce test, on peut passer aux étapes suivantes.

Maintenant on va voir si vous êtes un membre à fort potentiel. Si vous avez opté pour un pseudo du genre « Tounsi 7or », « Free Tunisia » ou « Tunisien libre », autant vous dire que votre carrière twitterienne commence très mal. De même, si vous n’avez pas changé votre avatar tête d’oeuf ou que vous avez tapé un « Lol, je ne c pa koi dire » dans votre bio, dans tous ces cas vous avez très peu de chance de devenir la nouvelle coqueluche de ce cercle si réticent vis-à-vis des nouveaux.

Autre réflexe à éviter, follower en premier Slim Amamou, ceci prouve votre manque cruel d’originalité. Préférez plutôt un Arabasta beaucoup plus underground si vous voulez briller en société.

Après avoir followé les 200 ou 300 personnes qu’il faut, vous allez vous retrouver dans un foutoir sans nom : ça parle référencement entre Yssem Saadi et Moons Girl, tandis que de l’autre côté Mehdi Machta nous fait partager ses checkins Foursquare à l’UGC Cinécité des Halles et que juste à côté,  un individu au pseudo imprononçable nous fait partager les derniers jasmeme en date.  Au milieu de tout ça, un petit être portant le nom de Emna Benji fait des apparitions furtives en posant des questions pouvant autant porter sur le dernier remaniement ministériel que sur la recette du moelleux au chocolat. Ce petit être, très gentil au demeurant se caractérise par son nombre élevé de followers, ce qui prouve le gros côté masochiste des TnTweeple.

Votre Timeline (en gros le flux des tweets des personnes que vous suivez) sera aussi agrémentée de mots doux commençant le plus souvent par la lettre « Z » et que la décence m’interdit de citer ici (aussi parce que ma mère traine sur le blog de temps en temps). Ces mots seront le plus souvent l’œuvre de tweeples comme Zinga, Hamzofsky ou Jude Vlad qui sauront mettre l’ambiance à coups de « Mothafucka » et de #Ter*tek.

Normalement, au beau milieu de tout ça, vous serez déjà assez perdu et vous allez essayer d’envoyer un tweet à Mehdi Lamloum en espérant secrètement qu’il va vous follow, mais bien sûr il va vous ignorer par ce que Mehdi Lamloum est suivi par Barack Obama et qu’il ne s’abaissera pas à votre niveau. Vous pensez aussi secrètement choper Kenza Fourati grâce à Twitter (que vous soyez mec ou fille) et vous lui envoyez un tweet que vous seul trouvez cool du genre « Hé Mademoiselle, vous ne vous appelleriez pas biscotte ? Parce que vous êtes trop craquante », bien sûr ce tweet  restera sans réponse. Alors vous commencez à désespérer de Twitter, vous trouvez ça nul, vous pensez tout lâcher et puis vous voyez le petit clash quotidien entre Naddo_O et Psycke, et vous vous dites qu’en bon tunisien vous adorez voir cela et que Twitter vaut finalement le coup.

Vous passez quelques semaines à observer cette étrange communauté et vous commencez à mieux la connaitre. Peu à peu vous arrivez à comprendre ce qu’est une #bahja, vous connaissez tous les plats de la semaine chez #Yasmina ainsi que les horaires auxquels Anissa Kal se baigne toute nue à Bizerte. Signe de votre adaptation, vous commencez à insulter vos amis qui ne sont que sur Facebook en les traitant de tous les noms. Étape ultime, vous débutez toutes vos phrases par « Ce matin j’ai lu sur Twitter que… ». Bref vous devenez un vrai TnTweeple.

Votre séance est finie. Logiquement, vous devez vous dire que c’est un joli bordel que cette twittosphère tunisienne, que vous n’êtes pas plus avancé qu’au moment où vous vous apprêtiez à lire ce billet, mais je sais qu’inconsciemment vous allez vous rendre sur twitter.com, vous enregistrer et suivre toute cette joyeuse bande car au fond, vous adorez les joyeux bordels.

PS : pour la petite histoire, moi c’est @Marwen, je ne sais pas à quel moment j’apparais dans cette histoire, c’est à vous de me le dire dans les commentaires 😉 (et vous n’avez pas le droit de dire que je fais les vannes les plus pourries de la Twittosphère, on le sait déjà).

%d blogueurs aiment cette page :