Archive | Teklachouna neklachoukom RSS feed for this section

La révolution du jasmin pour les nuls : épisode 1

10 Mai

Je sais ce que vous allez me dire : « T’étais où pendant tout ce temps ? Topnet a une connexion aussi pourrie que ça ? Tu as rejoint le CPR ?  Tu cèdes ta place à Don Arabasta ? » (enfin vous n’allez pas tous me dire ça, y a toi, et toi, et toi aussi là-bas qui vous en foutez pas mal, mais je tiens à vous dire que je ne vous aime pas non plus). Donc, je vous l’annonce de suite, tout ce que vous allez dire est faux (sauf pour la connexion de Topnet), si je n’ai pas écrit, c’est parce que je n’étais pas inspiré. Et quand je ne suis pas inspiré, j’écris à peu près les mêmes trucs que Yassine Ayari, et comme je ne veux pas vous faire vivre ça (ni le faire vivre à moi-même non plus), et ben je me suis abstenu.

Bref, tout ça c’est du passé, je me suis repris en main et puis y a aucune raison que Khalil Boukornine se chope tous les likes du pays tout seul. Du coup je me suis dit que j’allais faire un post « utile ». Je m’explique, j’ai remarqué qu’il y a eu beaucoup d’évènements depuis deux ans (figure de style n° 1 : Euphémisme. Dans ta gueule Boukornine !), et je me suis dit que vu la vitesse à laquelle tout cela se passe, vous n’avez carrément rien dû piger de ce qui s’est passé. Du coup, quoi de mieux que de pondre un « La révolution du jasmin pour les nuls » (en vrai je ne vous traite pas de nuls hein, enfin à part les 3 qui ne m’aiment pas là). Et pour simplifier le tout, je vais retracer ces 28 derniers mois à travers une discussion entre un grand-père et son petit fils, en 2034, avec le petit fils de 12 ans qui demande à son grand-père : « Papy, c’est quoi cette révolution du jasmin ? »

Comme dirait Sonia Ben Toumia : « Ci parti ! »

Le Gamin (qu’on appellera sobrement Abderraouf, prénom qui sera très à la mode en 2034) : Papy, c’est quoi cette révolution du jasmin ?

Le Papy : Petit-fils, je pense que tu es un peu trop jeune pour que je te parle de sodomie, mais comme je suis un peu bourré, je vais te l’expliquer. Tu veux savoir quoi ?

Abderraouf : ça a commencé comment ci dija ? (Le terme « ci dija » est rentré dans le dictionnaire en 2023)

Le Papy : Je ne m’en rappelle plus très bien, mais je crois que le 17 décembre 2010, une sombre affaire de nichons, de bascule et de Fedya Hamdi a poussé un mec dénommé Mohamed Bouazizi  à s’immoler par le feu devant la mairie.

Abdou : C’est le même Mohamed Bouazizi de l’avenue qui longe l’aéroport Wajdi Ghonim ?

Le Papy : Exactement petit. Suite à ça, les habitants de Sidi Bouzid, ville de Bouazizi, qui était aussi pauvre qu’aujourd’hui, ont commencé à manifester. Il faut dire qu’à l’époque, la repression et l’inégalité entre les régions a fait que c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase.

Abdou : Ouais en gros, c’est la même situation qu’aujourd’hui quoi.

Le Papy : Non aujourd’hui c’est mieux, t’as… Bref ferme ta gueule et laisse-moi finir, petit. Donc, la tension était à son comble, des gens commençaient à en parler sur Twitter, un site qui marchait vachement bien à l’époque et qui a fait connaitre des personnalités aussi connues que le ministre des affaires religieuses, Cheikh Riadh El Hammi. Petit à petit, ça a commencé à péter un peu partout à l’ouest du pays, avant de se généraliser dans tout le pays. A un moment des jeunes de Carthage Salambo ont même sorti une chanson rap terrifiante et Lotfi Abdelli, le mec qui présente Question Pour un Champion sur Al Watania 11 a fait une VCast.

Abdou : Ah ouais, c’est parti en couilles ci koumem (pareil c’est rentré dans le dico en 2026)

Le papy : Surveille ton langage na3n weldik. Toujours est-il que, oui, c’était le bordel. Et Ben Ali, le khalife… pardon le président de l’époque a fait 3 speechs à la télé aussi pourris l’un que l’autre, sauf que pour le dernier, on avait l’impression qu’il chiait dans son froc.  Du coup, il a semblé tellement faible que le peuple est sorti dans la rue en criant « Digage ». Par la suite, Rachid Ammar, le mec qui a une statue à la Goulette, et quelques acolytes, ont fait un coup d’état le lendemain en expédiant Ben Ali Emirats Saoudiens Unis, qu’on appelait avant l’Arabie Saoudite. Du coup plus de président, et un mec dont je ne me souviens plus du nom a pris sa place et un nouveau gouvernement a été nommé. Tu aurais vu la joie des Tunisiens… Je crois que c’était la dernière fois qu’ils étaient aussi heureux. Enfin à part lors du but de Msakni en finale de la coupe du Monde 2022. En tout cas ils n’ont pas pu fêter ce départ dignement vu qu’ils devaient former les comités de quartier.

Abdou : Les comités de quartier ? Qu’est ce que c’est que cette connerie encore.

Le papy : Haha, tu ne crois pas si bien dire. Ça aussi c’était pas mal : pour que les gens restent chez eux, on leur a fait croire que des milices du RCD, l’actuel parti de Kamel Morjane, fuyaient par millier du pays, qu’ils étaient armés et que la route pour sortir de la Tunisie, c’était en passant par les petits quartiers du pays. C’était magnifique : à la télé on faisait croire que des ambulances tirait sur les civils, que le tigre de Sakher El Materi, l’actuel 1er ministre des Maldives, mangeait des gens et à un moment on leur a même fait croire que la démocratie allait s’installer.

Abdou : J’ai l’impression que le peuple était aussi con qu’aujourd’hui, papy.

Le papy : Mec, c’était du haut niveau. Là faut que tu ailles dormir, mais demain je te raconterais la suite. Tu vas voir que ceci n’est rien par rapport à ce qui va arriver plus tard. Je te fais juste un petit teasing : Moncef Marzouki.

Abdou : Monsieur le khalife  intérimaire ? Ça va être génial ! Ok papy, je vais dans ma boite à cryogénisation. A demain !

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Y aura un épisode 2 (enfin normalement, si dieu et Topnet le veulent bien). J’espère que c’est beaucoup plus clair là. De toutes façons vous avez intérêt parce que c’est la période la moins compliquée de la « Rélolution du Jasmin ».

PS : Aucun Boukornine n’a été blessé durant l’écriture de ce billet. Par contre pour le Chaambi, je ne vous garantis rien.

Publicités

Ils ne méritent pas ça…

2 Mar

Officiellement, ils sont  « à peu près » 150 (parce qu’on adore le « à peu près » dans ce bled), mais leur nombre est probablement plus élevé que cela (parce qu’il y a aussi « officiellement » dans la phrase et que tout ce qui est officiel chez nous fait que le nombre annoncé est souvent moins élevé qu’en vérité). Eux, c’est les martyrs de la « révolution », des personnes tuées pour la plupart entre décembre 2010 et janvier 2011.

Si j’en parle aujourd’hui, c’est parce que non seulement ces putains de politiques semblent les avoir oublié, mais surtout par ce qu’ ils semblent avoir complètement zappé la raison de leur mort !

Parce que franchement, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi j’avais compris qu’ils avaient affronté les balles des flics parce qu’ils réclamaient travail, liberté et honneur. Mais quand je regarde notre assemblée constituante, j’ai plutôt l’impression d’y voir de la branlette, du mépris et des bras d’honneur.

Alors apparemment ce n’est pas de leur faute et il y aurait des soucis de communication qui font qu’ils sont un peu déconnectés des vraies aspirations du peuple, il ne me reste donc qu’à espérer qu’ils trainent un de ces jours sur ce blog et tombent sur cette mise au point.

Je disais donc, messieurs les élus vous êtes bien mignons, tout ça, mais sachez que ça m’étonnerait fortement que :

  • Le martyr soit mort dans l’espoir qu’on légalise le mariage coutumier. S’il n’avait que le sexe en tête, il serait resté en vie pour en profiter.
  • Qu’il ait affronté des hommes armés juste pour qu’on lui rappelle son identité arabo-musulmane, il la connaissait déjà assez avant votre arrivée, merci pour lui.
  • Qu’il ait manifesté dans les rues pour que Sadok Chourou lui rétorque qu’il faudrait couper les mains et les pieds à ses semblables qui ont fait que ce connard ait le droit de s’exprimer aujourd’hui.
  • Qu’il se soit rendu un certain 14 janvier devant le ministère de l’intérieur pour sauver la langue arabe de la francophonie envahissante. D’ailleurs j’ai beau chercher dans mon dico arabe, le mot « Dégage » n’y figure absolument pas.
  • Qu’il ait caillassé la flicaille en pensant intérieurement qu’il allait libérer la Palestine, la Syrie et la Libye. Il espérait juste que le dixième des efforts fournis envers ces pays soit fait pour Bousalem, Kasserine ou Thala.
  • Que Manel Bouallegui, celle qui était une jeune mère de famille, ait réclamé à un moment le droit au Niqab dans les universités et le retour de la Charia. Elle espérait juste que ses gosses aillent à l’université, tout court.
  • Que Hatem Ben Taher, professeur d’Informatique en France soit mort pour que l’on change quelques phrases de notre hymne national.

Par dessus tout, ces femmes et ces hommes ne nous ont pas quittés pour que les séances de l’assemblée constituante commencent à 12h et qu’on n’y parle de sujets aussi importants pour le peuple que l’est le brushing de Souad Abderrahim. Ils ne sont pas morts pour que les vieux séniles continuent de gouverner, ignorant tout ce dont a besoin le jeune Tunisien. Ils ne sont pas partis pour que les supporters de Foot deviennent des supporters de partis, s’envoyant plein la gueule à chaque fois qu’ils parlent politiques et défendant leur partis même après qu’ils aient fait la pire des conneries. Ils ne sont pas décédés pour que l’UGTT, qui avait grandement participé à la révolte soit considérée comme traitre à la nation par des personnes qui utilisent désormais des méthodes nous rappelant les heures les plus mauves de notre histoire.

D’ailleurs tant que j’y suis, un autre martyr est mort hier, il s’appelait Mohamed Ben Romdhane, il a été blessé le 18 janvier 2011 et faute de bons soins, il a succombé à ces blessures. Alors pour que l’honneur des tunisiens ne soit pas lui non plus martyr de la révolution, il serait temps que vous élus de l’Assemblée Constituante, vous bougiez un peu le cul et que vous pensiez à autre chose qu’à votre putain de carrière politique parce que derrière, votre bordel fait qu’il y a de plus en plus de gens qui souhaitent le retour de l’autre enfoiré de Ben Ali et ça, les martyrs ne vous le pardonneront jamais.

Je suis un admin de page Facebook et je le vis bien

1 Fév

Disclaimer : Le billet qui va suivre est volontairement inspiré de celui-ci et n’est pas un vulgaire plagiat. Ce n’est donc pas la peine de me balancer à l’auteur (qui en plus est un gros connard).

Si vous êtes sur Facebook, vous vous êtes sûrement retrouvé sur des pages portant des noms aussi doux que « الحقائق الخفية », « فضائح العلمانية » ou bien »أكبر صفحة لمكافحة العلمانية والماسونية » et vous êtes probablement tombés dessus après avoir cliqué sur une photo montrant Haythem El Mekki assis à côté du cousin d’un mec qui a été aperçu deux jours avant avec un pote à lui tenant une chope de bière.

Ces pages sont gérées par des gens que l’on appelle « administrateurs » (ou plus couramment « Admin ») et dont ont connait rarement l’identité (car oui, l’admin Facebook n’est pas courageux). Ce qui est extra dans tout ça, c’est que leurs pages comptent souvent un nombre de fans qui rendrait jaloux n’importe quel Community Manager de ce monde.

La recette de ce succès ? Prenez un soupçon de « takfir », saupoudrez-le d’un zeste de « khatir » et de « 3ajel », mélangez le tout avec une pincée de « 3ahirate » ou autres « louate » et vous avez là une page Facebook prête à endoctriner des dizaines de milliers de petits internautes Tunisiens.

Une des particularités pour être un « admin » Facebook, c’est de vendre son âme au diable et de faire croire qu’on l’a dédiée à dieu. Parce qu’il faut dire que ces personnes sont les premières à nous donner des leçons de religion et à traiter tout ceux qu’ils n’apprécient pas de mécréants. Par contre, eux n’hésitent pas à balancer des photos personnelles de ceux qu’ils souhaitent dénigrer, à faire dans la mauvaise foi et à traiter toutes les filles de putes. C’est justifié pour eux étant donné qu’ils sont en train de défendre Ennahdha dieu et peuvent donc utiliser ces méthodes extrêmes en toute impunité.

Mais depuis quelques temps, les positions assez modérées du parti du frère de Jo Bhiri, de Souad Abderrahim et de Sadok Chourou (oui y a bien un paradoxe là) ont fait que certains de ces administrateurs (Aman Allah Mansouri, si tu nous lis…) ont été déçus par Ennahdha et commencent plutôt à pencher du côté du Tahrir, qui prône les vraies valeurs d’une religion qui porte bizarrement le même nom que la 1ère religion du pays mais qui pourtant diffère beaucoup dans ces préceptes.

L’ennemi de l’admin Facebook par excellence est le franc-maçon. Vous me direz : « ah ouais quand même, il est cultivé l’admin, il connait les francs-maçons et tout ». Bah en fait non, il ne les connait pas, c’est juste que « Francs-maçons » c’est super compliqué à comprendre, ça fait peur et c’est occidental comme concept, donc autant traiter tous ses ennemis de la sorte, c’est vendeur.

Quand il se fait chier, l’admin Facebook aime se foutre de la gueule des auto-proclamés « progressistes », qu’il adore traiter d’orphelins de la France, de Ben Ali et parfois même de Karl Marx. D’ailleurs quand l’une d’entre eux va à une manif en jupe et décolleté, il publie illico sa photo (enfin pas illico, il l’a mate avant) en prenant bien soin d’entourer ses atouts de charme tout en se focalisant sur le bout de cigarette qui dépasse de sa main, parce que les filles qui fument : c’est le mal !

Allez, avant de continuer, je vais vous faire plaisir et vous mettre en situation avec un cas pratique : alors, imaginez qu’une manifestation a lieu quelque part dans Tunis (oui généralement les manifs anti-nahdha ont toujours lieu dans les grandes villes, mais ça c’est une autre histoire) pour dénoncer… au hasard le fait qu’un élu Ennahdha ait proféré des menaces envers le peuple via son Twitter et disons qu’ils appelleront cette manif « e7taremni », le 1er réflexe de l’administrateur sera d’ôter le « e7 » du nom afin de rendre ça plus sexuel, de faire croire à tout Internet que la manif veut instaurer le mariage zoophile et se chargera pour cela de mettre les photos des mecs en Ray-Ban promenant leurs chiens, et balançant par la suite celles où des manifestants trimballent des drapeaux arc-en-ciel (donc forcément gay) sans oublier celles où figurent des pancartes avec le mot laïcité parce que c’est bien connu, la laïcité ça va tuer l’islam et du coup on ne pourra jamais vivre notre religion aussi librement que dans les pays comme la Turquie… Oh attendez !

Autre trait de caractère de notre sujet d’étude, c’est qu’il se prend souvent pour un vrai journaliste. Il lui arrive donc souvent de tenter d’interviewer des hommes politiques en se présentant comme « un journaliste sur Facebook » (oui ça ne s’invente pas) et en lui posant des questions aussi pertinentes que : « Est-il vrai que votre femme se baigne en bikini ? ».

Mais il faut également avouer que nos admins ont aussi des qualités, enfin si on peut appeler ça des qualités. Ils arrivent à reprendre n’importe quelle information mettant à mal Ennahdha (et dieu sait qu’il y en a), et à retourner la situation à son avantage. Par exemple, Jebali nomme les directeurs de nos médias sans informer personne ? Ils vous diront que les autres ne bossaient pas (faut dire qu’il a fait ça un samedi en fin d’après-midi) et que seul lui pensait à son pays en travaillant le week-end. Bhiri libère son frère accusé de pédophilie ? Bah il faut dire que le gosse l’avait vachement allumé avant. Hamadi Redissi se fait agresser en pleine rue ? Il n’avait qu’à pas être journaliste ce con.

Et ouais, ils sont vraiment forts ces gars.

Ils sont tellement forts que des personnes avaient pour seule revendication, lors du sit-in de Bardo, de « nettoyer » Facebook de ces pages, la preuve en image avec ce jeune concitoyen qui, sous couvert d’anonymat (oui c’est autant une flippette que les admins) avait balancé ce message au milieu de la foule, venue ce jour-là réclamer le droit au mariage gay (ce n’est pas moi qui le dit, c’est les pages dont je vous parlais).

Souriez, vous êtes violés

8 Déc

Alors vous la sentez cette douleur au fond de vos entrailles ? Ça fait mal hein ?

Bon, je sais qu’en 50 ans, on a vécu aux rythmes des va-et-vient phalliques que nous infligeait la dictature des nos anciens patrons, et que techniquement nous sommes loin d’être des vierges effarouchées dans ce domaine, mais là, il faut avouer que c’est différent. Car oui on peut le dire, nous sommes en train de subir en ce moment même un viol, et que ce viol se fait au suffrage universel. Pourtant, il y a 11 mois de cela, on avait cru qu’après avoir divorcé de notre ancien mari tortionnaire, on allait pouvoir vivre comme nos cousines en Europe ou en Amérique du nord, qui même si elles étaient parfois sujettes à des gang-bangs antidémocratique, avaient toutefois des maris compréhensifs qui leur donnaient toute la liberté dont elles avaient besoin.

En fait non que dalle, les femmes célibataires, ce n’est pas ce qu’il y a de plus libre dans ce monde (surtout si elles sont mères, mais ça c’est une autre histoire) et notre nouveau statut a fait que nous sommes devenus des victimes de tournantes de la part d’une bande organisée qu’on aurait localisée du côté du Bardo.

Bon en fait, j’arrête de parler en métaphore. Ce vieux réflexe acquis durant la période de Ben Ali pour pouvoir écrire sans se faire choper n’est plus d’actualité. Alors autant y aller franco.

Donc pour récapituler, la femme c’est vous, enfin nous, enfin le peuple quoi ou du moins celui qui souhaite vivre une vraie démocratie. La bande organisée c’est celle qu’on appelle « Troïka » lorsqu’on veut se la péter sur Facebook ou dans un café, ou autrement dit Ennahdha, FDTL et CPR. Par contre pour le viol, non ce n’est pas un euphémisme, il est bel et bien présent et on commence vraiment à le sentir depuis quelques semaines (et faut vraiment le faire pour le sentir tellement nous sommes rompus à ce que l’on pourrait appeler si affectueusement « Electoral Buggery » dans la langue de Jenna Jameson).

Ce foursome imposé, dure depuis la 1ère séance de l’assemblée constituante. Déjà dès le départ, on avait commencé à admirer la solidarité des 3 partis lors de l’élection du président de l’assemblée et de ses deux suppléants. Mustapha a voté pour Maherzeya, Maherzeya a voté pour Larbi, Larbi a voté pour Mustapha et ça marche dans tous les sens, bref c’est beau le travail d’équipe. Nous ne reviendrons pas sur le scrutin qui s’est fait anonymement et qui nous a empêché de savoir si nos élus ont tenu leurs promesses, non nous n’y reviendrons pas parce que sinon vous risqueriez de casser votre molette de souris tellement vous allez scroller.

Mais bon tout cela n’est rien, on peut penser qu’il s’agissait uniquement de petites manœuvres politicardes arrangeant les 3 joyeux lurons. Enfin on pouvait le penser jusqu’à la semaine dernière et cette loi sur la motion de censure qu’ils voulaient nous faire passer en douce. Parce qu’il faut admettre qu’essayer de faire passer une loi aussi absurdement dictatoriale relève du foutage de gueule le plus complet. C’est un peu comme essayer de voler le sac d’une vieille dame devant deux gosses en se disant que ces derniers ne vont pas appeler la police. Dans notre cas, les gosses ont pu rameuter quelques milliers de personnes au Bardo pour leur foutre une pression qui s’est révélée salvatrice. D’ailleurs, je n’ose même pas imaginer ce qui se serait passé si on n’avait pas relevé la supercherie (pour l’exemple que je viens de choisir, j’avais pensé à plus trash, un truc où il y a toujours la vieille dame mais sans le sac, bref je vous assure que vous préférez la version soft).

Et ce qui est super dans tout ça, c’est qu’avant d’essayer de nous entuber, la troïka (oui je suis en panne de synonymes, ne m’en voulez pas) gère parfaitement les préliminaires. Ça peaufine en groupe sa proposition de texte de loi, ça se met d’accord pour voter en masse le jour du scrutin et si ça pète dans la rue, ça abandonne en équipe le projet sous prétexte de vouloir satisfaire le peuple.

Et c’est là que ça devient pire qu’un gonzo gérmano-turc (je vous déconseille de googler ça), parce qu’après avoir abandonné le projet de motion de censure, les triplettes de Bardo ont en quelque sorte reculé pour mieux nous transpercer (non pas avec une épée). Car dès le lendemain, ils y sont allés à sec, sans vaseline et avec du gravier de préférence : la constituante ne sera pas limitée dans le temps. C’est à dire qu’au pays du « arja3 ghodwa », où la procrastination est un sport national, nous avons enlevé l’unique moyen qui permettait de mettre la pression sur les élus en leur disant en gros « ouais en fait, la constitution, ce n’est pas comme si on était pressé, prenez votre temps les gens ». Rappelons aussi que ces élus touchent 12 fois le SMIG et qu’ils continueront de le toucher tant que l’assemblée perdurera. Rappelons aussi, histoire de se faire du mal que leur salaire est payé par le contribuable, donc nous (oui je verse dans le populisme et je vous emmerde). Soit dit en passant, ça permet aussi au prochain gouvernement de se taper la belle vie durant tout la période de la constituante, mais ça c’est un détail…

Alors oui, je voudrais bien être optimiste et penser que nos élus vont se bouger le cul en terminant leur mission en un an, mais il me suffit de regarder l’assemblée à la télé pour se rendre compte que nous en avons encore jusqu’à l’an 2036 au mieux pour enfin voir cette foutue constitution. La seule bonne nouvelle dans tout ça c’est que Tahar Hmila qui nous a traités de « déchets de la francophonie » aura surement clamsé d’ici là.

Autre chose, quitte à se faire souiller, on aurait préféré que nos bourreaux ne nous mentent pas auparavant en signant des feuilles de route stipulant que l’assemblée durera un an ou en jurant à qui veut l’entendre qu’aucune coalition n’est prévue. Nous sommes peut-être un peuple facile mais nous avons des principes !

Du coup, avant de souffrir du syndrome de Stockholm et de commencer à croire que Samir Ben Amor est aussi mignon qu’un vrai panda, il va falloir se faire entendre, quitte à faire un Bardo n° 372 et à devoir côtoyer des Yassine Ayari et des Leena Ben Mhenni jour et nuit ! Gueulons ailleurs que durant nos ébats forcés et faisons entendre nos voix, parce que vraiment, je n’ai pas envie de donner raison à cet enfoiré de Stan et à sa pancarte pourrie…

Un autre article sur Souad Abderrahim

11 Nov

Bonjour, vous me reconnaissez ? C’est moi, la candidate à la constituante qui ne veut pas faire la queue pour allez voter, celle qui veut installer les bonnes mœurs dans le pays, ou encore, celle qui trouve que les mères célibataires sont une abomination (pour bien comprendre le truc, une abomination, c’est un truc super grave, genre le jean slim pour les mecs par exemple).

C’est moi Super Connasse ! Ou plus communément appelée Souad Abderrahim.

Toute ma vie, j’ai toujours été différente de mes contemporains. Lorsque vous, communs des mortels étiez passionnés par le Foot, les randonnées ou la collecte de timbres, moi j’optais pour d’autres hobbies tels que faire chier les gens, répandre mes pensées rétrogrades et éduquer le peuple tunisien qui n’arrive pas à s’autogérer.

Ce qui est bien dans tout ça, c’est que le fait que je sois non-voilée et maquillée (mal maquillé d’ailleurs mais là n’est pas la question) me permet en quelque sorte de sortir tous plein de conneries en toute légitimité. Si un jour je dis par exemple que les homosexuels méritent la pendaison en place publique, on ne pourra pas m’accuser d’être extrémiste vu que mes cheveux décolorés volent au vent et que dans mon boulot je vends tout pleins de trucs tabous tels que les capotes et autres pilules du lendemain.

D’ailleurs, certaines mauvaises langues disent qu’Ennahdha m’a mis en tête de liste pour ces raisons, et que le fait d’avoir choisi la zone de Tunis 2, réputée comme étant la plus craintive vis-à-vis ce parti est un choix stratégique. C’est fou ce que les gens peuvent être jaloux dans ce pays. Que veulent-ils à la fin ? Que les gens soient libres de vivre leur vie comme ça leur chante ? Et puis quoi encore ? Vous verrez que bientôt ils vont nous réclamer le droit d’avorter ces cons. Ah, on me signale que c’est déjà le cas… Mais c’est quoi ce pays de merde ?

Ah oui je ne vous ai pas dit, mes idoles dans la vie sont : Saida Agrebi, Leila Ben Ali et l’Ayatollah Khomeini. Au final je suis heureuse d’avoir hérité du physique de la 1ère, de la perfidie de la 2ème et des idées du 3ème. Voilà ce qu’on appelle une vie accomplie.

Maintenant, il ne me reste plus qu’une étape pour achever ma carrière en beauté : devenir ministre de la femme. Parce qu’il faut avouer qu’elles ont besoin de recadrage celles-là ! D’abord pour commencer, ça veut avoir des enfants en dehors du mariage et après ça vient réclamer des droits. Si au moins  elles ont été violées je comprendrais, mais là c’est consenti, quelle horreur ! (Comment ça on ne peut pas toujours prouver qu’une femme a été violée ? Ah au temps pour moi, je ne le savais pas). Après ça veut adopter des gosses et leur filer leur nom de famille. Non mais manquerait plus qu’un gosse élevé dès sa naissance par une famille se sente comme chez lui !

Y en a même qui réclame le droit au concubinage ! Non mais moi quand j’étais jeune et qu’un mec voulait bien de moi parce qu’il était bourré, on savait se cacher dans une plage déserte ou derrière des buissons. Mais là dans un appart avec les voisins qui risquent d’entendre le bruit, c’est « 7ram » ! Intolérable dans un pays musulman.

Bref le travail va être long et dur (par comme celle de Samir Dilou… pardon je m’égare), mais j’y arriverai, d’ici quelques années la société sera enfin nettoyée au karcher, on aura enfin des jeunes femmes qui ne coucheront plus avec des hommes. Enfin elles le feront peut-être mais elles ne le diront pas après.

Alors pour conclure, je vais vous citer ce qu’a dit un certain Marwen Ben Messaoud, histoire de vous montrer à quel point les gens sont haineux envers moi :

Chère Madame,

Tant que je ne viens pas boire de la bière chez VOUS, en matant un porno sur VOTRE télé, je ne vois pas pourquoi vous ouvrez votre grande gueule.

Maintenant, je pense être le plus poli possible en vous disant : « Connasse » !

%d blogueurs aiment cette page :